peage autoroute

Ce qui change pour les automobilistes en 2020

En France, l’année 2020 sera marquée par l’adoption de nombreuses lois qui ne feront pas forcément le bonheur des automobilistes. Entre le renforcement du malus écologique, le rabotage des tarifs des péages ou encore la multiplication des radars sur le bord des routes, il y a de quoi faire grincer les dents des conducteurs. Explications.

Gare au durcissement du malus écologique

Alors que les automobilistes avaient profité d’un malus écologique plutôt favorable cette année, ils devront se préparer à un barème très sévère pour 2020. Aux dernières nouvelles, le seuil de déclenchement descendra de 110 grammes de CO2 au lieu de 117 à l’heure actuelle.

De prime abord, cela peut paraître minime, mais la facture peut rapidement devenir salée. En effet, le propriétaire d’une voiture qui émet 140 gr de CO2 devra s’acquitter d’un malus de 1 901 € au lieu de 690 €, soit quasiment le triple.

Et ce n’est pas tout, car le système sera encore renforcé en mars avec l’adoption d’une seconde grille basée sur le protocole d’homologation de la consommation connu sous la norme WLTP.

Vers la fin du bonus écologique ?

Alors que le gouvernement a décidé de stopper net le financement des voitures électriques « prémium », un porte-parole du ministère de l’Écologie a indiqué que ces dernières devraient être exclues du bonus écologique en 2020.

Selon Le Parisien, cette nouvelle mesure concernerait principalement les voitures électriques de plus de 60 000 euros, ce qui exclurait tous les SUV Prémium tels que :

  • L’Audi e-tron ;
  • Le Mercedes EQC ;
  • La Tesla Model X.

Quant aux voitures dont le prix d’achat est compris entre 45 000 € et 60 000 €, le montant du bonus devrait être réduit de moitié, soit 3 000 €.

Les tarifs des péages toujours orientés à la hausse

Comme chaque année, les tarifs des péages augmenteront en 2020. Selon les informations du JDD, la hausse sera toutefois moins importante, soit en moyenne +0,85 % au niveau national. C’est peut-être peu, mais c’est déjà deux fois moins que ce qui avait été prévu par le secrétaire d’État chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

En pratique, il faudrait prévoir 17 € au lieu de 16,90 € pour faire un trajet Paris-Lille ou encore 21 € contre 20,80 € pour un Paris-Deauville. Dans tous les cas, la hausse définitive devra être annoncée en janvier après la validation de l’État.

Des contrôles radars ultra renforcés

Pour des raisons de sécurité, le gouvernement va déployer 1 200 nouveaux radars tourelles jusqu’à la fin de l’année 2020, soit le triple de cette année. La plupart de ces nouvelles cabines sont destinées à remplacer les radars fixes saccagés pendant la crise des Gilets jaunes.

Perchées à 4 mètres de hauteur, ces cabines nouvelle génération peuvent surveiller jusqu’à 8 voies de circulation, soit 32 voitures en même temps. De plus, leurs fonctions ne se limitent plus au contrôle du respect des feux tricolores et de la vitesse, car elles seront capables de détecter les conducteurs :

  • Téléphonant au volant ;
  • Ne respectant pas les distances de sécurité ;
  • Sans ceinture de sécurité.

En plus de ces radars fixes, le gouvernement a prévu le déploiement de véhicules radars dans sept nouvelles régions :

  • Dès janvier 2020 : Pays de la Loire, Bretagne, Centre-Val de Loire ;
  • Jusqu’à la fin 2020 : Grand Est, Hauts-de-France, Nouvelle Aquitaine, Bourgogne-Franche-Comté.

D’autres changements seront également attendus en 2020 comme le retour de la limitation de vitesse à 90 km/h (sur les routes départementales) ou la légalisation de la transformation des véhicules thermiques en voitures électriques, le concept connu sous le nom de « rétrofit ».